13638_IMG_6066_HR

Smokitten, une application pour arrêter de fumer ou la prévention par le jeu

 

« Le premier jeu vidéo pour arrêter de fumer… ou ne jamais commencer », affirme le slogan de la nouvelle application baptisée Smokitten, développée par la société DOWiNO (Pôle Pixel, Villeurbanne). Spécialisée dans les serious games, l’entreprise a élaboré ce nouveau jeu en partenariat avec le centre Hygée, centre de traitement du cancer à Saint-Étienne.

L’idée est simple : au lieu de fumer, l’utilisateur va s’identifier au personnage, en l’occurrence un chat, puis va lui faire faire des activités, pour détourner l’envie de consumer une cigarette. « En partant du principe que le cancer est la première cause de décès en France, et le tabac la première cause de décès évitable, le jeu vidéo apparaît comme un média puissant, puisqu’il passe par l’émotion et par la concentration. Il est conçu pour changer les comportements et constitue un levier psychologique de motivation », précise Pierre-Alain Gagne, gérant de la société éditrice.

« Le propre de la prévention des cancers en France, c’est que rien n’a changé depuis 20 ans. Le traitement a beaucoup changé, de grands progrès ont été faits, mais pour ce qui est de la prévention, il faut changer de braquet et de méthode. C’est l’objet du centre Hygée, trouver de nouvelles méthodes efficaces, en collaboration avec une équipe pluridisciplinaire composée de sociologues, psychologues et métiers des sciences de l’éducation », explique le Pr Franck Chauvin, professeur de santé publique et cancérologue à Saint-Etienne, directeur délégué du centre régional de prévention Hygée. Le centre a joué un rôle de conseil pour la conception de Smokitten. « Le choix du jeu dans la prévention permet de prendre des risques sans vraiment les prendre, tout en s’identifiant à des personnages.

La position du joueur, à la fois dans la situation tout en ayant du recul donne la possibilité de mesurer les effets des comportements qu’on peut voir. L’autre intérêt de Smokitten réside dans l’utilisation des réseaux sociaux, qui constituent un réel soutien apporté par une communauté. L’individu sait qu’elle l’aidera, ce qui n’est pas toujours évident dans la vie », poursuit le Pr Chauvin.

Un jeu conçu pour les adultes et pour les enfants

Le principe du jeu est simple : il s’agit d’un chat fumeur qui devra se détourner de ses envies de fumer. Au début, le joueur doit rentrer les critères de consommation pour déterminer son addiction. Au moment des pics d’envie de fumer, le joueur pourra faire une série de mini-jeux, consistant par exemple à tapoter frénétiquement sur son smartphone pour simuler de la course à pied, ou du punching-ball ; ou encore faire des séances de yoga, à travers un exercice de respiration.

S’inscrivant dans un cercle vertueux, plus le joueur est assidu, plus il augmente son score, et débloque de nouvelles activités (avec une surprise au terme des 444 jours de jeu prévus). Proposée gratuitement pour les enfants, l’application sera téléchargeable sur Androïd et iOS, au prix de 4,99 euros pour les adultes (deux jeux distincts). « On ne cherche pas à convaincre mais à satisfaire ceux qui cherchent d’autres outils. Pour les enfants et les pré-adolescents, l’objectif est de les sensibiliser aux risques du tabac », précise Pierre-Alain Gagne, qui a pu s’entourer d’une équipe pluridisciplinaire, dont des cancérologues.

Les concepteurs entendent également développer une communauté, à travers des messages de soutien que pourront s’envoyer les joueurs, ainsi que la possibilité de partager leurs scores sur les réseaux sociaux. À ce titre, une campagne participative a été lancée sur Ulule, dont la fin prévue le 25 juin approche : sur 25 000 euros requis, 12 746 ont été récoltés. Le lancement du jeu est prévu, quant à lui, au printemps 2017.